Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2017

Entre changement et évolution....

Comment le décès d'un enfant peut littéralement vous changer au point que les autres ne vous reconnaissent plus?

Voilà une question essentielle que peut-être les mamanges se sont déjà posée.

Je ne peux pas répondre pour les autres , car chacune a son propre parcours , son propre chemin du deuil, son propre rythme et son histoire personnelle...

En ce qui me concerne , mon premier changement a été ma relation à la mort en elle-même...C'est une chose que je redoutais , qui me faisait peur parce que je pensais d'abord à ma propre mort.

J'ai été confrontée à la mort quand j'avais 9 ans c'était pour le décès de mon grand-père paternel.J'ai assisté aux obsèques et je me souviens d'avoir pleuré parce qu'alors je comprenais qu'il ne reviendrait plus, qu'il était mort et que cela signifiait , aucun retour en arrière..C'était fini , la mort alors pour moi voulait dire la fin.

C'était donc ma première prise de conscience...et le temps passait et je perdais tour à tour mes autres grand-parents....le cycle infernal de la vie , c'était normal....je me résignais.

 

Quand ce fut le tour de ma mère de nous quitter , alors là , ça commençait à vraiment faire mal....je perdais l'être le plus important à mes yeux , maman , mon modèle , celle qui m'avait donné la vie...Elle fut la première personne décédée que je voyais...

Et ça rendait la mort encore plus réelle , je me suis fait violence mais je tenais absolument à embrasser ma mère pour son dernier voyage....

Et je fis mon deuil comme on dit....la vie continue et elle est toujours la plus forte....mais ça vous change déjà de perdre son essentiel.

Alors forcèment , 5 ans plus tard , quand je perdis mon fils , j'étais loin du compte...loin d'imaginer toute la douleur que cela allait engendrer.... et forcément on change....qu'on le veuille ou non.

Après la douleur omniprésente , le manque , l'absence et les remises en question , on s'interroge , on cherche et on ne trouve pas , jamais...et le temps , notre meilleur allié est toujours à vos côtés , et il vous donne de bons conseils...

On change sa vision de la mort ,de l'après-vie , de Dieu et surtout je crois que ces changements effraient l'entourage...

On évolue , on relativise, les tracas de la vie ordinaire nous semblent tellement dérisoires qu'on a envie de ruer dans les brancarts dès lors que l'on entend certaines personnes se plaindre pour des broutilles .

Nos priorités changent aussi....le jugement des autres n'a alors plus aucune importance et on commence vraiment à vivre pour soi et c'est d'ailleurs à ce moment précis que les autres s'éloignent progressivement de vous...et qu'on réalise que même si ça fait mal , après ce que l'on a déjà enduré , plus rien ne peut nous toucher...

Le cercle des amis changent aussi , certains partent ,mais d'autres arrivent , certains sont fidèles et précieux...

Une seule chose importe vraiment , c'est le bien-être et le bonheur des enfants qui vous restent et vous les gardez tels qu'ils sont , avec leurs qualités et leurs défauts , ils sont comme ils sont , petits ou grands , et même lorsqu'ils ont quitté le foyer , ils demeurent vos enfants et c'est votre plus grand trésor sur cette Terre.

Est-ce un changement ou une évolution, je dirais un peu des deux , mais une chose est certaine , vous n'êtes plus celle que vous étiez car vous amputée dans votre chair et nul retour en arière est possible ...alors je suis persuadée que ce n'est pas à moi de m'adapter aux autres , je suis comme je suis aujourd'hui avec tous ces changements , et hélas je ne puis rien y changer puisque mon fils est mort....depuis 73 longs mois

Je t'aime Quentin...

 

 

Écrire un commentaire